• scissors
    December 21st, 2010EuropasionariaEuroblogosphère

    E-blogs WikioJ’avais découvert avec enthousiasme il y a quelque mois e-blogs de Wikio. Le projet: traduire en 5 langues des blogposts de différents pays européens. Idée géniale, d’autant plus remarquable qu’elle venait d’une initiative privée quand la plupart du temps ce genre d’initiative est financée par des fonds publics. Mais voilà, ça n’a pas marché. E-blogs n’a pas généré suffisament de revenus alors ils tirent leur révérence et mettent la clef sous la porte.

    C’est triste mais au moins ils auront essayé ! Alors chapeau les artistes !

    J’ai lu récemment une interview du fondateur de Wikipedia, Jimmy Wales. Il y disait que les vrais entrepreuneurs connaissent des echecs, beaucoup d’echecs, mais que c’était en réalité la clef du succès. Ça me fait penser à ce que Caroline De Cock alias Lino The Rhino, qui est à l’origine de nombreux projets en ligne, a dit récemment dans une interview à Butterfly Europe: “Le jour où mes enfants auront compris que l’échec n’est pas une mauvaise chose tant qu’on apprend de ses erreurs et qu’on essaye encore, à ce moment-là je saurai qu’ils seront la prochaine génération d’innovateurs”.

    C’est simple, ceux qui connaissent des échecs ont au moins le mérite d’avoir essayé. Et si l’on essaye pas, et bien tout simplement, il y a peu de chance qu’on y arrive un jour. Alors vive les échecs puisque c’est d’eux que nos succès sont faits !

    Tags: , , , , , , ,
  • scissors
    December 14th, 2010EuropasionariaEuroblogosphère

    Ce weekend, j’ai eu le plaisir d’être invitée à Cordoue par l’équipe du bureau du Parlement européen en Espagne, aux côtés d’une cinquantaine de blogueurs, journalistes, eurodéputés et fonctionnaires européens, à plancher sur le thème de comment communiquer l’Europe sur Internet. Au nom du Blogging Portal, j’ai fait une présentation à une table ronde sur comment « Communiquer l’Europe à travers les réseaux sociaux ». Mes grands-parents ont fuit l’Espagne en 1939 à cause de la guerre civile. Pour la Française d’origine espagnole que je suis, être invitée à Cordoue pour parler d’Europe, qui est avant tout un projet de paix, était très symbolique et quelque peu émotionnel.

    Bien que je suive attentivement ce qu’il se passe dans l’Euroblogosphère anglophone et francophone, je connais peu l’Euroblogosphère espagnole. Pour moi, cette rencontre à Cordoue a été une véritable découverte. Il est toujours bon de sortir de « l’EU bubble », le microcosme bruxellois qui travaille dans les affaires européennes. À Bruxelles, on respire l’Europe. On a le nez dedans. Trop peut-être… Rencontrer régulièrement des protagonistes nationaux est non seulement bénéfique mais aussi essentiel. Au final, la rencontre de Cordoue était exactement la bouffée d’air frais dont j’avais besoin après trois mois de travail intense. Je reviens à Bruxelles submergée d’idées. En parler pourrait remplir 10 blogposts. Mais voici donc mes premières impressions de la rencontre.

    L’Espagne est différente

    Il fallait le voir pour le croire. Au tout début de la rencontre, les quelques 50 participants autour de la table ont réalisé une « ola », la vague humaine que forment les supporters durant les matchs de football. Ça reflète bien l’ambiance générale de la rencontre : sympa, décontractée et surtout, coopérative. J’ai écrit dans le passé que j’aimerais voir plus de personnalités européennes parler d’Europe avec passion. Et bien cette passion, je l’ai trouvée en Espagne. Ca doit être certainement la différence culturelle.

    Communiquer entre Européens plutôt que communiquer l’Europe

    L’idée principale que je voulais défendre était qu’avec l’avènement des réseaux sociaux, les institutions européennes devraient arrêter d’essayer de « communiquer l’Europe » à tout prix, comme si l’Europe était un message à diffuser aux masses, et commencer à interagir, c’est-à-dire à parler d’Europe entre Européens. Comme Pau Solanilla d’Europeando.eu l’a dit : « Si l’on n’a pas compris que la hiérarchie n’est plus le principe organisateur, alors on n’a rien compris ». Dans les réseaux sociaux, la communication est personnalisée. Parler comme une institution ne fonctionne pas. C’est pourquoi, les institutions européennes devraient lâcher un peu de lest et autoriser ses employés à parler, non au nom de leur institution, mais en tant que personne travaillant dans cette institution. Bárbara Quílez, qui est en charge de la page espagnole du site du Parlement européen, a fait une remarque très subtile sur ce point : «  Nous [les fonctionnaires européens] pouvons humaniser l’Europe, pas la personnifier ». En effet, il s’agit de donner un visage à l’Europe et non d’être le visage de l’Europe.

    Au final, tout est histoire de relation

    Selon Pau Solanilla, la communication en réseau est faite de contenu, de canaux et de relations. Le succès de la rencontre de Cordoue a démontré quelque chose que les acteurs de l’Internet savent bien ; les relations qui se développent en ligne engendrent des liens solides dans la vie réelle. Bien que je communique depuis des mois avec les Euroblogueurs espagnols qui étaient présents à Cordoue, je ne les avais encore jamais rencontrés. Mon expérience m’a montré que les activités en ligne sont toujours renforcées par des rencontres en chair et en os. C’est pourquoi des rencontres comme celle de Cordoue sont non seulement bénéfiques mais aussi essentielles tout simplement.

    Ne doutez pas qu’un petit nombre de personnes déterminées puisse changer le monde. En fait, ça a même toujours marché comme ça[1]

    Samedi, #PEredes, le hashtag utilisé pendant la rencontre de Cordoue a réussi à se placer parmi les sujets tendance de Twitter et tout ça en parlant d’Europe ! Finalement, pour que l’Europe fasse partie du débat public, on a juste besoin d’une salle remplie de geeks européens et d’une bonne connexion Internet.

    Lors de notre rencontre, Susana del Río, une sociologue spécialisée dans la communication européenne, a dit que « Le débat entre Européens est source de créativité politique ». Je suis tout-à-fait d’accord. L’Europe est le futur de la politique. De nos jours, dans les pays occidentaux, la démocratie connait une mauvaise passe : baisse constante du taux de participation aux élections, chute du nombre d’adhérents aux partis politiques, méfiance envers les politiciens… nous sommes tous politiquement désenchantés. Dans une telle situation, parler de politique entre Européens peut mener à de nouvelles solutions et à un renouvellement de l’intérêt pour la politique. L’Union européenne est un OPNI, un objet politiquement non-identifié. C’est à nous, les citoyens européens, de bâtir l’Europe que nous souhaitons. Pour reprendre l’expression de Francisco Luis Benítez, « L’Europe en vaut la peine ».

    En conclusion, je dirais que l’initiative de l’équipe d’Ignacio Samper du bureau du Parlement européen en Espagne a montré la voie. Nous avons besoin de rencontres similaires dans d’autres pays européens. J’aimerais voir un évènement de ce genre organisé en France où la blogosphère est l’une des plus actives d’Europe. Au final, j’aimerais aussi voir une rencontre générale d’Euroblogueurs de tous pays à Bruxelles. Parlement européen, vous me recevez ?


    [1] Margaret Mead, anthropologue américaine

    Tags: , , , , , ,
  • scissors
    September 2nd, 2010EuropasionariaEuroblogosphère, France, Girl Power
    J’ai répondu à un entretien pour cafebabel.com sur les blogueuses politiques en Europe. Le résultat, c’est cet article : Blogueuses politiques : faut-il qu’elles gueulent pour qu’on les écoute ? Ça m’a fait plaisir de voir que des blogueuses aussi chouettes que CC, Olympe et Manu ont été interviewées aussi. CC a publié son interview en entier, du coup je fais de même. Vous en pensez quoi ?  Je vous tiens au courant si les autres blogueuses publient leurs interviews.
    Mise à jour 5/9/10 : Olympe a publié son interview aussi.

    Le blog

    1. Pourquoi as-tu commencé à blogger ?

    Tout a commencé pendant la campagne des élections européennes de 2009. Un vieil ami du lycée, voyant que j’étais très active sur Facebook, m’a demandé si ça me dirait d’ouvrir un blog. J’ai toujours aimé écrire. Je me suis dit pourquoi pas. Et tout a commencé là.

    2. Quels sont les sujets principaux que tu veux discuter sur ton site ? Pourquoi ?

    Les choses sur lesquelles j’écris sont les choses qui m’intéressent. En désordre : l’Europe, la politique et Internet, ainsi que toutes les choses qui me passent par la tête.

    La blogosphère féminine

    1. Selon toi : quelles sont les différences entre les blogs écrits par des hommes et les blogs écrits par des femmes ? Est-ce qu’il y a des différences ?

    Il me semble que les blogs écrits par des femmes sont en général plus drôles, moins centrés sur un sujet en particulier. Les femmes blogueuses se prennent moins au sérieux. Les blogs de femmes ont des contenus plus variés, plus personnels.

    2. Dans tous les rankings des blogs « préférés » en Europe, on trouve beaucoup plus de blogs « masculins » que de blogs « féminins » : pourquoi les femmes sont-elles si sous-représentées ?

    Déjà il me semble qu’il y a moins de blogs politiques écrits par des femmes donc ça limite forcément leur présence dans les classements de blogs influents. Après si les femmes sont sous-représentées dans ces classements, ça ne fait que refléter leur sous-représentation dans d’autres lieux de pouvoir comme le travail ou la politique. C’est un phénomène complexe dont les spécialistes des questions d’égalité des sexes sont mieux à même de répondre que moi.

    3. Qu’est-ce que les blogueuses font « de travers » ?

    Je ne crois pas qu’elles fassent quoi que ce soit de travers. Elles sont elles-mêmes, écrivent sur ce qu’elles ont envie d’écrire, en recherchant peut-être moins le prestige et la reconnaissance que ne le font les hommes.

    4. Pourquoi les blogs féminins sont-ils souvent réduits aux sujets comme le style, la mode, etc. ?

    Les femmes, comme les hommes, écrivent sur ce qui les intéresse et c’est sans doute bien moins souvent la politique que d’autres choses.

    5. Pourquoi beaucoup de femmes hésitent-elles à parler politique dans leurs blogs ?

    Peut-être tout simplement parce qu’elles n’en ont pas envie. Mais d’une manière générale, les femmes se sentent moins légitimes à exprimer leur opinion que les hommes. Je le vois dans tous les débats et conférences auxquels j’assiste. Les hommes sont toujours les premiers à s’exprimer. Très peu de femmes osent le faire. Les hommes ont plus confiance dans le fait que ce qu’ils ont à dire vont intéresser les autres.

    6. Comment est-ce que tu te comportes lorsque tu reçois des commentaires méchants, sexistes, etc. (soit par des femmes, soit par des hommes) ?

    J’en reçois quand j’écris des articles revendiquant que plus de postes politiques soient attribués à des femmes. Il y a souvent des commentaires d’hommes qui ont des connotations sexistes mais ils ne s’en rendent même pas compte. Je réagis en essayant de casser les préjugés. Je fais de la pédagogie.

    7. D’après toi : qu’est-ce qui manque dans la blogosphère féminine (si tu penses qu’il y a quelque chose qui manque) ?

    Un pénis et des testicules peut-être ? Non franchement, il ne faut pas penser comme ça. Les femmes ne sont pas des hommes. C’est tout. Elles apportent quelque chose de différent, qui n’est pas forcément reconnu dans un espace de débat public qui a été façonné par les hommes durant des siècles.

    8. « Le médium du 21ème siècle reflète le rapport des sexes du 18ème siècle » : qu’est-ce que tu en penses ?

    Quel est l’auteur de cette citation ? Je ne suis pas sûre de la comprendre.

    9. Est-ce que tu as des idées, des conseils par rapport à la blogosphère féminine (qu’est-ce qu’on peut améliorer, des conseils pour des nouvelles bloggeuses, etc.) ? Est-ce que tu fais déjà activement quelque chose dans ce domaine ?

    Déjà il faut s’y mettre. Il ne faut pas hésiter à ouvrir un blog. Il faut avoir confiance en soi, se dire que ses opinions intéresseront les gens car quelles que soient nos opinions, nos pensées, elles trouveront toujours un public sur internet. C’est la beauté du blogging. Après pour se faire connaître, il faut commenter sur d’autres blogs pour attirer l’attention d’autres blogueurs, qui à leur tour peut-être parleront de ton blog sur le leur. Pour qu’un blog fonctionne, il faut s’engager dans la communauté des blogueurs, communiquer, échanger. Ça ne suffit pas de poster des articles sur son blog. Il faut le promouvoir, en ouvrant par exemple un compte Twitter et une page Facebook pour promouvoir ses articles.

    10. « La blogosphère féminine » : pour toi personnellement, c’est quoi ? Est-ce qu’on peut parler d’une seule blogosphère ?

    Je ne sais pas s’il y a une blogosphère spécifiquement féminine. J’appartiens à l’euroblogosphère, c’est-à-dire les blogs qui parlent d’Europe. C’est un environnement très masculin mais il y a également quelques excellents euroblogs écrits par des femmes. Avec des amies blogueuses et twitteuses, nous les avons recensés sur un site commun : table607.com. Le but de ce site c’est de promouvoir les euroblogs écrits par des femmes. Mais le plus important c’est le réseau que nous avons créé en parallèle, les EU Girl Geeks. C’est un réseau de femmes passionnées par les médias sociaux et l’Europe, qui se rencontrent régulièrement. C’est une manière de se créer un groupe de soutien.

    Tags: , ,
  • scissors
    July 26th, 2010EuropasionariaEuroblogosphère, Girl Power

    Rosie the blogger - CC Mike Licht, NotionsCapital.com, d'après J. Howard Miller

    Au Blogging Portal nous avons mené une expérience intéressante la semaine dernière. Les éditeurs ont nommé leurs euroblogs préférés, exercice qui a résulté en une liste de 30 blogs. Après cela, les lecteurs du Blogging Portal ont pu voter pour leur 5 blogs préférés. Les résultats ont été annoncés hier.

    Je suis contente de voir qu’au moins une femme a réussi à entrer dans le top 5. Félicitations à l’auteur de Lobby Planet pour la façon dont elle essaye de montrer que l’UE peut être rigolote. Nous avons besoin de plus d’euroblogs au ton léger. Nous avons aussi besoin de plus de femmes qui bloguent sur l’Europe.

    J’ai analysé la répartition des sexes dans le top 30 des euroblogs (voir liste ci-dessous). Si on laisse de côté les blogs écrits à plusieurs mains, qui ont des auteurs des deux sexes, il y a 6 blogueuses contre 18 blogueurs. Juste un quart des blogs sélectionnés sont écrits par des femmes. C’est encore moins que la répartition hommes/femmes de la Commission européenne actuelle. Ça pourrait être pire mais on pourrait tout de même faire mieux. Comme le disait la blogueuse féministe Olympe en réaction au classement des blogs politiques de Wikio:

    Les femmes sont tout aussi peu représentées parmi les blogs dits influents que dans les hautes sphères de la vie professionnelle ou politique.

    En général, les femmes ne sont pas aussi à l’aise que les hommes quand il s’agit d’exprimer leur opinion. Je le constate à chaque fois que j’assiste à une conférence . Quand c’est l’heure des questions/réponses, seuls les hommes osent s’exprimer. Ce n’est pas parce qu’ils ont plus à dire mais parce qu’ils ont plus confiance dans le fait que ce qu’ils pensent est intéressant pour les autres. Mesdames, votre opinion compte. Quoique vous écriviez, vous trouverez votre public. Alors mettez-vous à bloguer!

    Je suis encore surprise à chaque fois que je publie un billet de me rendre compte que des gens que je ne connais pas lisent ce que j’écris. Je suis touchée que mes collaborateurs du Blogging Portal m’aient nommée parmi leurs blogs préférés, et encore plus que je sois arrivée à me classer dans le top 10 des blogs préférés de nos lecteurs. Vous voyez, comme bien d’autres femmes, je manque de confiance en la valeur de ce que je fais.

    Je ne crois pas l’avoir déjà mentionné sur ce blog mais dans le même esprit, avec mes Twittamies Kattebel et Linotherhino, nous avons lancé le réseau des EU Girl Geeks l’année dernière. Les EU Girl Geeks, c’est un groupe de femmes qui partagent un intérêt pour l’UE et le Web 2.0. Grâce au génie informatique de Linotherhino, nous avons désormais un site web où nous listons les blogs qui parlent d’Europe et qui sont écrits par des femmes. Allez y jeter un coup d’œil et faites-nous savoir s’il y a d’autres blogs auxquels nous n’aurions pas pensé ! Nous sommes aussi sur Facebook et Twitter. Au fait, nous avons rendez-vous cette semaine pour un apéro-dîner, ça vous dit ? Si tu es femme et légèrement geek tu es la bienvenue !

    Résultats du sondage Blogging Portal sur vos euroblogs préférés

    Tags: , , , ,
  • scissors
    July 24th, 2010EuropasionariaEuroblogosphère

    Grâce au moteur de recherche de blogs Wikio, nous n’avons désormais plus besoin de parler 5 langues pour découvrir les meilleurs blogs européens. Chaque jour sur e-blogs, des billets publiés au Royaume Uni, en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne sont sélectionnés et traduits en 5 langues. Quelle initiative fantastique ! Bravo Wikio !

    Du point de vue de la traduction, il y a aussi une nouveauté sur ce blog. Par principe ce blog est déjà bilingue. Quasiment tous les articles sont disponibles en français ici et en anglais là. J’ai fait ce choix depuis le début pour d’un côté faire découvrir une vision française aux anglophones, et de l’autre construire des ponts entre la blogosphère européenne et la blogosphère française. Puis récemment, des euroblogueurs espagnols, Encarna de Más Europa, Emilio de europe@s et Jorge Juan of Cuidadano Morante ont commencé à commenter en espagnol sur ce blog. C’est ce qui m’a décidée à le rendre encore plus multilingue. Désormais, en dessous du bouton langues, il y a également un bouton traduction Google pour tous ceux qui ne sont pas à l’aise avec le français ou l’anglais. Cette option peut également être utilisée pour traduire les commentaires écrits dans des langues qu’on ne comprend pas, et pour répondre à ces commentaires dans une langue qu’on ne parle pas ! C’est pas extraordinaire ça ?!

    Tags: , , , , , , , ,
  • scissors
    July 21st, 2010EuropasionariaEuroblogosphère, Europe

    C’est avec grand plaisir que j’ai vu cette semaine l’enthousiasme se développer autour de l’appel du 4 juillet pour la fondation d’un blog collectif européen. Lundi, quelques Euroblogueurs et sympathisants se retrouvaient pour un Euro-apéro, qui a eu vite fait d’être rebaptisé toute première “EuroRépublique des blogs”, en référence à la République des blogs, le rendez-vous des blogueurs politiques, qui a lieu un peu partout, en France, Suisse et Royaume-Uni (lire les comptes-rendus de l’Euro-apéro ici, ici et ).

    En parallèle à l’idée d’un blog commun européen, une autre idée a émergé lors de l’Euro-apéro : celle d’utiliser le Bloggingportal comme base pour la création d’une sorte “d’intranet des blogueurs européens”. Le blog Se former à la communication européenne fait même des propositions détaillées pour passer à un “Blogging Portal 2.0″.

    Étant donné que je fais partie de l’équipe des éditeurs du Blogging Portal, ce développement m’a évidemment interpellée. Je suis étonnée de la vision assez déshumanisée que mes compatriotes ont du Blogging Portal qu’ils semblent reléguer à un simple agrégateur d’Euroblogs. Le Blogging Portal est en réalité bien plus que ça. La mission initiale -sélectionner quotidiennement les meilleurs articles publiés parmi les quelques 600 blogs référencés- a entraîné le développement de connexions très étroites entre les blogueurs qui en sont éditeurs. Une dizaine des Euroblogueurs les plus actifs de la toile échangent quotidiennement des idées pour promouvoir la sphère publique européenne. Nous développons ensemble diverses initiatives durant notre temps libre, et ce sans aucun financement. Mais il est vrai que ces échanges et initiatives se font pour l’instant en anglais, puisqu’il faut bien un langage commun.

    Ce qui est intéressant c’est que le Blogging Portal est justement dans une phase de discussions assez intenses sur l’avenir de la plateforme. Les débats qui prennent place chez les Euroblogueurs français tombent donc à point ! Alors, amis gaulois… ça vous dit de rejoindre le Blogging Portal ? Vous êtes les bienvenus !

    Tags: , ,
  • scissors
    July 15th, 2010EuropasionariaEuroblogosphère, Europe, France

    Depuis que j’ai commencé à bloguer il y a un an, c’est la première fois que j’assiste à une chaîne de blog dans l’euroblogosphère francophone. Je dois avouer que bien que française, je suis bien plus intégrée dans l’euroblogosphère anglophone où les interactions entre blogs sont choses communes. L’un d’entre nous commence un article, un autre lui répond, puis un autre, etc.

    Il y a quelques jours, Samuel Faure, en réaction à l’arrêt de deux euroblogs emblématiques, a lancé un appel à la création d’un blog collectif européen où différents blogueurs viendraient confronter leurs idées sur l’Europe. Puis Jean-Sébastien Lefebvre, Greg Henning et Michael Malherbe lui ont répondu. À la demande de Samuel, je me lance à mon tour dans l’exercice.

    Je suis tout à fait d’accord avec le fait que la politisation de l’Europe -la confrontation de points de vue et de projets- est ce qui fera progresser l’intérêt pour l’Europe. C’est à mon sens le grand bien que le vif débat sur le traité constitutionnel européen a apporté. Pour la première fois en France, on parlait vraiment d’Europe ! C’est en ce sens que je trouve l’idée de Samuel intéressante.

    Pourtant je ne suis pas sûre que c’est ce qui fera avancer le schmilblick… Parce que les personnes qui participeront à ce blog collectif européen et qui liront son contenu, seront les personnes qui sont déjà intéressées par l’Europe.

    L’un des problèmes majeurs de l’Union européenne est qu’elle intéresse un nombre de gens extrêmement restreint qui se retrouve dans de petites communautés fermées, telle que celle des Euroblogueurs. La communauté de blogueurs du Blogging Portal, dont je fais partie, a été créée pour promouvoir les blogs qui traitent de sujets européens. Le Blogging Portal a été un outil extraordinaire pour mettre en réseau la communauté des Euroblogueurs anglophones. Pourtant, cette communauté du Blogging Portal n’interagit que très peu avec des Euroblogueurs autres qu’anglophones, et d’une manière générale interagit peu avec les blogosphères nationales. Parce que bien sûr, on ne peut pas être partout en même temps.

    Il est bon de mettre en réseau les blogueurs qui parlent d’Europe mais en même temps, il faut éviter la tendance à parler de nous entre nous. J’ai de plus en plus l’impression qu’il vaudrait mieux dans nos blogs ne pas parler uniquement d’Europe. Parler d’Europe oui, mais parler d’autres choses aussi. Si nos blogs ne parlent que d’Europe, c’est simple nous n’attirerons que des gens qui sont déjà intéressés par l’Europe. Si nous voulons intéresser les gens aux questions européennes, ne vaudrait-il pas mieux parler de l’Europe comme un sujet parmi d’autres ? Je m’explique… Si nous parlons des diverses choses de la vie sur nos blogs nous attirons un public plus large. Et si ce public est attiré, c’est parce qu’il aime notre style et notre façon de penser quel que soit le sujet abordé. Donc, si dans ce contexte nous parlons parfois d’Europe, il y a de grandes chances que ça touche plus de monde qu’un blog uniquement concentré sur les questions européennes, non?

    Mise à jour le 19 juillet : Samuel a répondu aux nombreuses réactions qui ont été écrites sur son idée. A lire ici.

    Tags: , ,
  • scissors
    June 30th, 2010EuropasionariaEuroblogosphère, Europe

    Il doit y avoir une conjonction planétaire bizarre en ce moment puisque quasiment en même temps, certains des Euroblogueurs les plus réputés soit ont décidé d’arrêter leur blog soit se désinteresse des questions européennes. Hier, Julien Frisch a annoncé qu’il allait auto-dissoudre son blog. Aujourd’hui Charlemagne a annoncé qu’il changait de pseudonyme, rentrait en Angleterre et commencerait à bloguer sur la politique britannique. Jon Worth il y a quelques semaines annonçait qu’il rentrait à Londres.

    En tant qu’Euroblogueuse et editrice au Blogging Portal, je me sens orpheline. Que va-t-il advenir de l’Euroblogosphère lorsque certains de ses blogueurs les plus emblématiques la quitte? J’espère que de nouveaux Euroblogeurs vont émerger. Kosmopolit en a déjà repéré un aujourd’hui qui s’appelle Ooh, Brussels! Il est temps pour une nouvelle génération, sans doute. Alors dîtes les gars et les filles, est-ce que vous aimez écrire? Est-ce que vous souhaitez que vos opinions soient entendues? Est-ce que vous avez envie de remuer l’Union européenne? N’hésitez pas! Ouvrez un Blog! Maintenant.

    Tags: ,