• scissors
    December 13th, 2011EuropasionariaBruxelles, Elections 2012, France

    Je l’ai déjà écrit sur ce blog, en 2012, on innove : pour la première fois, les Français de l’étranger pourront élire des députés à l’Assemblée nationale.

    Imaginez-donc le vent d’air frais qu’apporteront des élus de l’étranger dans notre honorable Assemblée nationale… N’hésitez-pas, inscrivez-vous sur les listes électorales consulaires avant le 31 décembre. Après, ce sera trop tard.

    Quelques bonnes raisons pour convaincre les sceptiques :

    • Vous aimeriez que la politique française prenne plus en considération les expériences réussies des autres pays.
    • Même si vous habitez à l’étranger, vous trouvez que vous avez quand même votre mot à dire dans la politique nationale.
    • Vous aimeriez que les sujets  qui vous touchent plus particulièrement en tant qu’expat soient pris en compte.
    • Un billet aller/retour pour la France rien que pour aller voter, c’est cher, et vous avez sans doute mieux à faire avec vos sous.
    • Il y a toujours la procuration me diriez-vous ? Mais au fond de vous, vous êtes parfois assailli d’un doute : est-ce que Papa/Maman/Frérot/Sœurette/Tata/Tonton mettra le bon bulletin dans l’urne ?
    • Le vote par correspondance ? Pensez juste à tous les obstacles que votre lettre devra surmonter pour arriver à bon port…
    • Enfin, aux législatives de 2012, les Français de l’étranger seront à l’avant-garde. Ce seront les seuls, et les premiers, à pouvoir voter électroniquement. Voilà qui devrait convaincre les plus geeks d’entre vous.

    Si vous êtes déjà inscrit au consulat, rien de plus simple pour pouvoir voter chez vous en 2012. Munissez-vous de votre carte consulaire, repérez le numéro d’identification inscrit dessus et rendez-vous sur MonConsulat.fr pour exprimer votre choix.

    Vous ne retrouvez pas votre carte, c’est simple aussi : cliquez-ici pour recevoir votre numéro d’identification consulaire par email

    Pas encore inscrit au consulat ? Rendez-lui visite, ça fait toujours plaisir d’y retrouver des compatriotes. Plus d’info ici.

  • scissors
    September 14th, 2011EuropasionariaElections 2012, France

    Jeudi 15 septembre à 20h30 sur France 2, nous assisterons à une expérience encore jamais tentée en France: un débat entre les socialistes candidats à l’élection présidentielle en vue de la désignation du meilleur d’entre eux par les primaires ouvertes du 9 octobre.

    D’après les images du plateau télé que j’ai vues sur France 2 en avant-première, ça va ressembler pas mal aux débats de l’élection présidentielle américaine. Candidats côte-à-côte et non face-à-face, debouts derrière un pupitre, derrière les caméras. Je me demande vraiment ce que ça va donner. Quelle dynamique va se mettre en place ? Quelles stratégies vont prendre les candidats pour se démarquer ? Qui seront les gagnants ? Quelles seront les surprises ?

    Ce qu’il y a d’absolument passionant en politique et qui fait que je ne m’en lasse jamais c’est qu’on peut faire toutes les analyses qu’on veut avant une élection ou un débat de ce genre, au final on est toujours surpris parce qu’il y a tellement de modalités en politique qui peuvent faire fléchir la balance, tellement de choses incontrôlables, qu’il y a toujours une part d’imprévu. C’est ça qui est beau.

    Allez, bon débat à tous. Voyons voir ce que ça donne cette pratique politique venue d’ailleurs lorsqu’on l’applique à ma douce France.

    Tags: , , ,
  • scissors
    June 30th, 2011EuropasionariaFrance, La citation de la semaine

    Chaque jour, tu as 30 morts sur la route. Moi, je vais rouler sur le trottoir.

    Brèves de comptoir

    Tags:
  • scissors
    June 28th, 2011EuropasionariaElections 2012, France, Girl Power

    Aujourd’hui Martine Aubry a annoncé sa candidature à la présidence de la République et Christine Lagarde a été nommée à la tête du FMI. Quelques semaines auparavant, Dominique Strauss-Kahn se faisait inculper à New York, lui qui était à la fois le favori dans les sondages du PS pour la présidentielle de 2012 et le directeur  général du FMI. Les deux places qu’il laissait vacantes ont aujourd’hui été prises par des femmes.

    Martine Aubry © Parti socialiste/flickr & Christine Lagarde © World Economic Forum/flickr

    L’inculpation de Dominique Strauss-Kahn avait eu des effets ricochets sur le débat politique français. Des femmes politiques de tous bords s’étaient élevées pour dénoncer le machisme d’une certaine génération d’hommes politiques. J’avais été frappée par le dossier qui leur avait été consacré dans Libération. J’ai trouvé courageux qu’elles se confient. Je pense que ça a réellement fait beaucoup pour mettre en lumière le machisme ordinaire et parfois violent dont les femmes sont victimes. Mais nous ne voulons pas être victimes. C’est pourquoi, les annonces simultanées de la candidature de Martine Aubry et de la nomination de Christine Lagarde font plaisir à voir. Deux femmes compétentes et respectées ont été mises aujourd’hui au centre de la vie politique française et internationale.

    J’admire ces deux femmes tout d’abord parce qu’elles sont compétentes et ont réussi à se hisser aux plus hauts niveaux de responsabilité. Elles sont en cela déjà des exemples pour toute jeune femme. Mais j’admire encore plus ces deux femmes parce qu’elles ont su convaincre et réussir tout en restant ‘femme’. Je veux dire en cela qu’elles n’ont pas dû perdre tous les attributs de leur féminité pour y arriver, comme beaucoup de leurs précédentes ont parfois dû le faire. J’admire l’humanité et la sensibilité de Martine Aubry. Je pense réellement que la sensibilité, et l’empathie qui lui est liée, est une force. J’admire Christine Lagarde pour la douceur dont elle sait faire preuve, douceur qui là aussi est une force, dans un monde parfois surgonflé de testostérone, lorsqu’on sait l’utiliser pour négocier et convaincre.

    Aujourd’hui, quelque chose a vraiment changé en France. Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle manière de faire de la politique ? Les quelques mois à venir promettent d’être fascinants.

    Tags: , , , ,
  • scissors
    June 26th, 2011EuropasionariaFrance, La citation de la semaine

    S’il fallait connaître quelque chose en politique pour en parler, ça limiterait l’intérêt de la démocratie et la recette des bistros.

    Du blog ultime de la politique française, l’excellent Partageons mon avis, parce que moi aussi j’aime la démocratie et les bistros…

  • scissors
    May 9th, 2011EuropasionariaEurope, France

    Le 9 mai de l’année dernière, je parlais des origines de ma passion pour l’Europe. Je l’ancrais dans l’histoire de ma famille, de mon grand-père né pendant la Première Guerre Mondiale, combattant dans la Deuxième. Dans son dernier discours au Parlement européen en janvier 1995, François Mitterrand disait « Il se trouve que les hasards de la vie ont voulu que je naisse pendant la Première Guerre Mondiale et que je fasse la Seconde. »

    Il se trouve que les hasards de la vie ont voulu qu’aujourd’hui soit le jour de l’Europe et demain le trentième anniversaire de l’accession de François Mitterrand à la Présidence de la République française. Cet homme m’a toujours quelque peu rappelé mon grand-père. S’ils ne se ressemblaient pas physiquement, ils avaient en commun une certaine élégance intellectuelle. Ils étaient tous deux des hommes cultivés, proches du terroir, ayant été témoins des pires atrocités.

    Il se trouve que les hasards de la vie ont voulu que je naisse pendant les premières élections européennes au suffrage universel. Deux ans plus tard, François Mitterrand devenait Le Président. Il le fut jusqu’à mes 15 ans. J’avais grandi avec lui. À tel point que pour moi, il était inimaginable qu’un autre homme soit président. Aujourd’hui, je m’intéresse plus à la politique européenne qu’à la politique française. Pourtant des deux côtés, j’ai le même regret. Les discours nationaux comme les discours européens manquent de vision. Où sont les personnages charismatiques à la Mitterrand ? Qui sont les visionnaires capables aujourd’hui de soulever l’enthousiasme des foules ? Qui est capable aujourd’hui de changer les mentalités par un simple discours ?

    Il se trouve que les hasards de la vie ont aussi voulu que le dernier vétéran de la Première Guerre Mondiale meure il y a quelques jours. Le rejet de la guerre et la quête pour la paix ont construit l’Europe. Ma génération n’a pas connu la guerre. Rappeler que l’on doit la plus longue période de paix qu’ait connu notre continent à la construction européenne ne suffit plus à enthousiasmer les jeunes adultes d’aujourd’hui pour le projet européen. Nous avons besoin d’une nouvelle vision et de visionnaires à même de la porter. Quel sera le projet européen du 21ème siècle ? À vos blogs !

    Tags:
  • scissors
    December 28th, 2010EuropasionariaBruxelles, France, La vie

    © John Brody

    Je suis née et j’ai grandi à Paris. Je parle verlan et j’ajoute des « han» inutiles à la fin des mots. Je râle beaucoup. Je jure aussi beaucoup. Je suis une intellectuelle, je peux parler politique et films jusqu’aux petites heures de la nuit. Je me déplace en métro les yeux fermés mais j’ai du mal à trouver mon chemin à pied. Je suis féministe et féminine. Bref, je suis une vraie parisienne, pur produit estampillé Paname.

    Comme tout Parisien, j’ai une relation amour/haine à ma ville. J’en suis partie à 22 ans car je n’en pouvais plus. Paris, c’était trop pour moi. Maintenant quand je reviens, je me sens touriste dans ma propre ville qui m’émerveille à chaque fois de sa beauté.

    Je vis à Bruxelles dans le milieu des expatriés européens. Quand on y rencontre quelqu’un, la première question qu’on se pose c’est toujours : « D’où viens-tu ? ». Au début, je répondais : « de France ». Mais comme cette réponse est toujours suivie de « Où ça en France ? », j’ai pris l’habitude de prendre un raccourci et de répondre directement à la première question : « de Paris ». Et là c’est systématique, des petites étoiles lumineuses apparaissent dans les yeux de mon interlocuteur qui me répond plein d’entrain : « Paris est tellement magnifique, est-ce que ça ne te manque pas ?! ». Et moi de répondre, avec mon air de Parisienne désabusée : « Non en fait, je n’aime pas trop Paris ». Ça me fait toujours l’impression de révéler à un enfant que le Père Noël n’existe pas.

    Mais avec les années, j’ai évolué. Il y a des choses que j’adore à Paris et des choses que je n’aime pas du tout. Alors je me suis dit que j’allais faire une liste.

    A Paris, j’aime…

    • Les commerces qui ferment tard
    • Le boucher, le boulanger et le fromager du coin
    • Les titis parisiens
    • Les marchés
    • La bonne bouffe élevée au rang de religion
    • Les restaurants asiatiques pas chers et de très bonne qualité
    • Les garçons de café, leur professionnalisme et les petites plaisanteries qu’ils font toujours à leurs clients
    • Le fait que les garçons de café m’appellent Mademoiselle
    • Les conversations politico-philosophiques jusqu’au bout de la nuit
    • L’harmonie de la ville, l’architecture de toute beauté, les illuminations
    • Le métissage culturel
    • Les vitrines de Noël des grands magasins
    • Le Vélib’
    • La tour Eiffel de jour
    • La tour Eiffel de nuit

    À Paris, je n’aime pas…

    • Le snobisme des Parisiens qui pensent que Paris est la meilleure ville du monde bien qu’ils n’aient jamais vécu ailleurs, surtout quand ils n’ont jamais vécu ailleurs d’ailleurs
    • Le caractère franco-français de toute conversation, l’ignorance totale de ce qui se passe en « province » et à l’étranger
    • Le prix exorbitant des loyers
    • Le métro. Je ne sais pas ce qu’il se passe mais depuis quelques années, mais c’est toujours l’heure de pointe dans le métro.
    • Les heures perdues dans les transports en commun
    • Les voitures et leur trafic incessant
    • La violence ambiante. Dès que je descends du Thalys et que je m’engouffre dans le métro à Gare du Nord, je la ressens. C’est ineffable mais c’est là. Il y a de la tension dans l’air. La vie est dure, les gens sont frustrés et malheureux. En tant que femme, à Paris quand je me déplace seule le soir, j’ai peur.
    • Les sorties hors de prix. Je me rappelle d’une soirée au Rex, une boîte tout public, il y a quelques années. Entrée 12 euros. Jusque là rien d’extravagant. Je commande deux bières, deux bouteilles de Heineken : 14 euros. Aïe. Du coup, que font les jeunes ? Ils s’invitent les uns chez les autres pour des dîners et fêtes d’appartement. Voilà la night life typique du jeune parisien qui n’est pas Crésus. Résultat ? On évolue toujours dans le même milieu et les Parisiens fonctionnent en tribu.
    • Le bruit constant, les boutiques à chaque immeuble, la foule, l’activité partout. C’est trop.

    Pourtant j’aime Paris. J’aime même les Parisiens. Mais parfois aussi, je déteste Paris… et les Parisiens surtout.

    Une copine m’a envoyé ce test sur Facebook : « Testez votre relation à Paris. Vous et Paris, vous en êtes où ? » Ci-dessous mon résultat. Comme quoi…

    Tags:
  • scissors
    December 17th, 2010EuropasionariaBruxelles, Elections 2012, France

    En 2012, nous aurons une élection présidentielle, c’est connu. Nous aurons aussi des élections législatives, ça l’est moins. La grande nouveauté c’est que pour la première fois les quelques 2 millions de Français vivant à l’étranger pourront élire un député bien de chez eux, c’est-à-dire de très loin, là où ils vivent vraiment.

    Tu pourras t’inscrire au consulat pour élire un député de chez toi (et aussi ton président ou ta présidente accessoirement) tout en restant inscrit dans ton patelin d’origine pour garder ton droit aux élections municipales et cantonales. En gros, tu gardes tous tes droits et tu n’as plus à embêter ta famille pour aller voter pour toi par procuration. Top, non ?

    Il y aura 11 nouveaux sièges à prendre : cinq pour les Français d’Europe, deux pour les Français des Amériques, deux autres pour les Français d’Afrique et un pour les Français d’Asie et d’Océanie.

    En Europe, nous aurons 6 circonscriptions :

    • Une Beneluxienne, la mienne !
    • Une pour les anglo-saxons, nordiques et baltiques
    • Une pour l’Ibérie + Andorre et Monac’
    • Une pour les Suisses et apparemment les Français du Liechtenstein (comme quoi les Français sont partout)
    • Une pour l’Europe centrale et les Balkans
    • Une un peu tordue pour l’Italie, la Grèce, la Turquie, Israël, Malte et Chypre entre autres…

    Pour s’inscrire sur la liste consulaire, rien de plus simple pour les Beneluxiens : envoie juste un mail à consulat@consulfrance-bruxelles.org en indiquant en objet « ELECTIONS »

    Attention il faut le faire avant le 31 décembre 2010 à 18h00 pétantes sinon c’est râpé !

    Plus d’info ici sur le site de mon consulat bien aimé.

    Tags:
  • scissors
    September 26th, 2010EuropasionariaEurope, France

    [Cet article est en espagnol en raison de la journée du blogging multilingue, une initiative de blogueurs européens pour célébrer la journée européenne des langues.]

    European Day of Multilingual Blogging

    Como es el día europeo de los idiomas, en paralelo con amigos blogueros del Blogging Portal, hemos decidido participar en un día de blogging multilingüe. Vamos a escribir en un idioma diferente al que usamos habitualmente en nuestro blog. Por eso, hoy blogueo en castellano.

    Este blog ya es bilingüe. Casi todos los artículos se pueden leer en francés aquíen inglés allí. Es un principio muy importante para mí. Por una parte, escribo en inglés porqué es el mejor idioma para integrarse en la comunidad de los Euroblogueros. Así también doy una visión francesa de los problemas europeos. Por otra parte, escribo en francés para traducir a mis compatriotas lo que sucede en Europa. En pocas palabras, quiero construir puentes.

    Si escribiera únicamente en inglés, quedaría bloqueada en lo que llamamos la ‘EU bubble’, el pequeño grupo de gente que saben algo de la Unión Europea.

    Si escribiera únicamente en francés, sólo me leerían los franceses.

    Es simple. Cuantos más idiomas hablas, a más personas puedes llegar. Idealmente me gustaría también tener una sección en español en este blog pero ya es demasiado trabajo escribir en dos idiomas… Quizás podría, de vez en cuando, traducir algo en castellano… como los artículos que hablan de España, por ejemplo. Quizás un día… ¡Veremos!

    Tags:
  • scissors
    September 2nd, 2010EuropasionariaEuroblogosphère, France, Girl Power
    J’ai répondu à un entretien pour cafebabel.com sur les blogueuses politiques en Europe. Le résultat, c’est cet article : Blogueuses politiques : faut-il qu’elles gueulent pour qu’on les écoute ? Ça m’a fait plaisir de voir que des blogueuses aussi chouettes que CC, Olympe et Manu ont été interviewées aussi. CC a publié son interview en entier, du coup je fais de même. Vous en pensez quoi ?  Je vous tiens au courant si les autres blogueuses publient leurs interviews.
    Mise à jour 5/9/10 : Olympe a publié son interview aussi.

    Le blog

    1. Pourquoi as-tu commencé à blogger ?

    Tout a commencé pendant la campagne des élections européennes de 2009. Un vieil ami du lycée, voyant que j’étais très active sur Facebook, m’a demandé si ça me dirait d’ouvrir un blog. J’ai toujours aimé écrire. Je me suis dit pourquoi pas. Et tout a commencé là.

    2. Quels sont les sujets principaux que tu veux discuter sur ton site ? Pourquoi ?

    Les choses sur lesquelles j’écris sont les choses qui m’intéressent. En désordre : l’Europe, la politique et Internet, ainsi que toutes les choses qui me passent par la tête.

    La blogosphère féminine

    1. Selon toi : quelles sont les différences entre les blogs écrits par des hommes et les blogs écrits par des femmes ? Est-ce qu’il y a des différences ?

    Il me semble que les blogs écrits par des femmes sont en général plus drôles, moins centrés sur un sujet en particulier. Les femmes blogueuses se prennent moins au sérieux. Les blogs de femmes ont des contenus plus variés, plus personnels.

    2. Dans tous les rankings des blogs « préférés » en Europe, on trouve beaucoup plus de blogs « masculins » que de blogs « féminins » : pourquoi les femmes sont-elles si sous-représentées ?

    Déjà il me semble qu’il y a moins de blogs politiques écrits par des femmes donc ça limite forcément leur présence dans les classements de blogs influents. Après si les femmes sont sous-représentées dans ces classements, ça ne fait que refléter leur sous-représentation dans d’autres lieux de pouvoir comme le travail ou la politique. C’est un phénomène complexe dont les spécialistes des questions d’égalité des sexes sont mieux à même de répondre que moi.

    3. Qu’est-ce que les blogueuses font « de travers » ?

    Je ne crois pas qu’elles fassent quoi que ce soit de travers. Elles sont elles-mêmes, écrivent sur ce qu’elles ont envie d’écrire, en recherchant peut-être moins le prestige et la reconnaissance que ne le font les hommes.

    4. Pourquoi les blogs féminins sont-ils souvent réduits aux sujets comme le style, la mode, etc. ?

    Les femmes, comme les hommes, écrivent sur ce qui les intéresse et c’est sans doute bien moins souvent la politique que d’autres choses.

    5. Pourquoi beaucoup de femmes hésitent-elles à parler politique dans leurs blogs ?

    Peut-être tout simplement parce qu’elles n’en ont pas envie. Mais d’une manière générale, les femmes se sentent moins légitimes à exprimer leur opinion que les hommes. Je le vois dans tous les débats et conférences auxquels j’assiste. Les hommes sont toujours les premiers à s’exprimer. Très peu de femmes osent le faire. Les hommes ont plus confiance dans le fait que ce qu’ils ont à dire vont intéresser les autres.

    6. Comment est-ce que tu te comportes lorsque tu reçois des commentaires méchants, sexistes, etc. (soit par des femmes, soit par des hommes) ?

    J’en reçois quand j’écris des articles revendiquant que plus de postes politiques soient attribués à des femmes. Il y a souvent des commentaires d’hommes qui ont des connotations sexistes mais ils ne s’en rendent même pas compte. Je réagis en essayant de casser les préjugés. Je fais de la pédagogie.

    7. D’après toi : qu’est-ce qui manque dans la blogosphère féminine (si tu penses qu’il y a quelque chose qui manque) ?

    Un pénis et des testicules peut-être ? Non franchement, il ne faut pas penser comme ça. Les femmes ne sont pas des hommes. C’est tout. Elles apportent quelque chose de différent, qui n’est pas forcément reconnu dans un espace de débat public qui a été façonné par les hommes durant des siècles.

    8. « Le médium du 21ème siècle reflète le rapport des sexes du 18ème siècle » : qu’est-ce que tu en penses ?

    Quel est l’auteur de cette citation ? Je ne suis pas sûre de la comprendre.

    9. Est-ce que tu as des idées, des conseils par rapport à la blogosphère féminine (qu’est-ce qu’on peut améliorer, des conseils pour des nouvelles bloggeuses, etc.) ? Est-ce que tu fais déjà activement quelque chose dans ce domaine ?

    Déjà il faut s’y mettre. Il ne faut pas hésiter à ouvrir un blog. Il faut avoir confiance en soi, se dire que ses opinions intéresseront les gens car quelles que soient nos opinions, nos pensées, elles trouveront toujours un public sur internet. C’est la beauté du blogging. Après pour se faire connaître, il faut commenter sur d’autres blogs pour attirer l’attention d’autres blogueurs, qui à leur tour peut-être parleront de ton blog sur le leur. Pour qu’un blog fonctionne, il faut s’engager dans la communauté des blogueurs, communiquer, échanger. Ça ne suffit pas de poster des articles sur son blog. Il faut le promouvoir, en ouvrant par exemple un compte Twitter et une page Facebook pour promouvoir ses articles.

    10. « La blogosphère féminine » : pour toi personnellement, c’est quoi ? Est-ce qu’on peut parler d’une seule blogosphère ?

    Je ne sais pas s’il y a une blogosphère spécifiquement féminine. J’appartiens à l’euroblogosphère, c’est-à-dire les blogs qui parlent d’Europe. C’est un environnement très masculin mais il y a également quelques excellents euroblogs écrits par des femmes. Avec des amies blogueuses et twitteuses, nous les avons recensés sur un site commun : table607.com. Le but de ce site c’est de promouvoir les euroblogs écrits par des femmes. Mais le plus important c’est le réseau que nous avons créé en parallèle, les EU Girl Geeks. C’est un réseau de femmes passionnées par les médias sociaux et l’Europe, qui se rencontrent régulièrement. C’est une manière de se créer un groupe de soutien.

    Tags: , ,
  • « Older Entries