• scissors
    July 21st, 2010EuropasionariaEuroblogosphere

    This week it’s been a pleasure to see enthusiasm mounting around the French-born idea of founding a collective European blog. On Monday, a few French Eurobloggers and sympathisers met for drinks in Paris to discuss the idea further (read minutes herehere and there).

    Along the initial idea of a collective European blog, another one emerged, that of using the Blogging Portal as a basis for creating a sort of intranet for European bloggers. The blog Se former à la communication européenne makes detailed proposals on how to transform the platform into “Blogging Portal 2.0”.

    As I am part of the Blogging Portal’s team of editors, I’ve been intrigued by this developement. I’m surprised to see that my fellow-countrymen consider the Blogging Portal to be hardly more than a Euroblog aggregator. Blogging Portal is in fact much more than that. The initial editors’ mission -making a daily selection of the best posts amongst over 600 listed blogs- has led to creating very strong bonds between the bloggers who are part of the team. A dozen of some of the most active Eurobloggers have daily online exchanges about how to develop the European public sphere. Together we design and carry out different initiatives during our free time, and without any financing at all. However it’s true that these exchanges and initiatives have been taking place in English so far as this is the only language we all share.

    Interestingly these discussions among French Eurobloggers are emerging at a time when Blogging Portal editors are going through intense discussions about the future of the platform. It’s perfect timing. So, dear Frenchies… would you like to join us in the Blogging Portal? You’d be more than welcome!

    Tags: , , ,
  • scissors
    July 21st, 2010EuropasionariaEuroblogosphère, Europe

    C’est avec grand plaisir que j’ai vu cette semaine l’enthousiasme se développer autour de l’appel du 4 juillet pour la fondation d’un blog collectif européen. Lundi, quelques Euroblogueurs et sympathisants se retrouvaient pour un Euro-apéro, qui a eu vite fait d’être rebaptisé toute première “EuroRépublique des blogs”, en référence à la République des blogs, le rendez-vous des blogueurs politiques, qui a lieu un peu partout, en France, Suisse et Royaume-Uni (lire les comptes-rendus de l’Euro-apéro ici, ici et ).

    En parallèle à l’idée d’un blog commun européen, une autre idée a émergé lors de l’Euro-apéro : celle d’utiliser le Bloggingportal comme base pour la création d’une sorte “d’intranet des blogueurs européens”. Le blog Se former à la communication européenne fait même des propositions détaillées pour passer à un “Blogging Portal 2.0”.

    Étant donné que je fais partie de l’équipe des éditeurs du Blogging Portal, ce développement m’a évidemment interpellée. Je suis étonnée de la vision assez déshumanisée que mes compatriotes ont du Blogging Portal qu’ils semblent reléguer à un simple agrégateur d’Euroblogs. Le Blogging Portal est en réalité bien plus que ça. La mission initiale -sélectionner quotidiennement les meilleurs articles publiés parmi les quelques 600 blogs référencés- a entraîné le développement de connexions très étroites entre les blogueurs qui en sont éditeurs. Une dizaine des Euroblogueurs les plus actifs de la toile échangent quotidiennement des idées pour promouvoir la sphère publique européenne. Nous développons ensemble diverses initiatives durant notre temps libre, et ce sans aucun financement. Mais il est vrai que ces échanges et initiatives se font pour l’instant en anglais, puisqu’il faut bien un langage commun.

    Ce qui est intéressant c’est que le Blogging Portal est justement dans une phase de discussions assez intenses sur l’avenir de la plateforme. Les débats qui prennent place chez les Euroblogueurs français tombent donc à point ! Alors, amis gaulois… ça vous dit de rejoindre le Blogging Portal ? Vous êtes les bienvenus !

    Tags: , ,
  • scissors
    July 15th, 2010EuropasionariaEuroblogosphere

    Since I started blogging a year ago, it’s the first time I witness a blog chain in the French Euroblogosphere. Even though I’m French, I’m much better integrated in the English-speaking Euroblogosphere where interactions between blogs happen all the time. One starts blogging about something, another one picks it up, then another writes about both articles, and so on, and so forth.

    A couple of days ago, as a response to the closing of two emblematic blogsSamuel Faure called for the creation of a common European blog to which different bloggers would contribute with diverging opinions on Europe. Then Jean-Sébastien LefebvreGreg Henning and Michael Malherbe replied to him. If you can’t read French, you can still use Google Translate to get an idea of these exchanges. As Samuel kindly asked me to jump in, here is my contribution.

    I’m one of the strongest advocates of the fact that politicising Europe -confronting different points of views and projects- is what will make the interest for Europe grow. In my opinion, this is the positive side of the debate we had in France on the constitutional treaty for Europe. For the first time in France, we had a real debate on Europe! Everybody was talking about it! This is why I find Samuel’s idea interesting.

    However I am not sure that it is the solution we are looking for, simply because the people who would read or contribute to this collective European blog would be people who already have an interest in Europe.

    One of the main issues of the European Union is that it is of interest to very few people who usually gather up in tiny closed in communities, such as that of the Eurobloggers. The Blogging Portal community, which I am part of, was created in order to promote blogs that deal with European affairs. The Blogging Portal has been a tremendous tool for networking the English-speaking Euroblogging community. However, this community rather hardly interacts with Eurobloggers who write in other languages, and does not interact much with the national blogospheres either. Fair enough, it’s difficult to be in different places at the same time. It’s a good thing to develop a network of bloggers who care about Europe but on the other hand, we should avoid the self-referential tendency that sometimes leads us to talk about ourselves among each other.

    The more I think about it, the more I believe we should probably not write only about Europe in our blogs. Let’s write about Europe of course, but let’s also write about other things too. If our blogs only talk about Europe, we will only attract people who are already interested in Europe. If we want to get people interested in European affairs, wouldn’t it be a better strategy to deal with Europe as one topic among others? Let me explain… If we talk about life and generally all kinds of stuff on our blogs,  we will certainly attract a wider public. And if that public keeps on reading us, it’s probably because they like our style and the way we think, no matter what we talk about. Although they might not be interested in European issues at first, they might one day find one of our posts on Europe interesting. So if we write about Europe among other stuff, there is a chance that we actually get more people interested in Europe in the end, isn’t there?

    Update on 19 July: Samuel has responded to the various reactions on his idea. Click here to read it.

    Tags: , , ,
  • scissors
    July 15th, 2010EuropasionariaEuroblogosphère, Europe, France

    Depuis que j’ai commencé à bloguer il y a un an, c’est la première fois que j’assiste à une chaîne de blog dans l’euroblogosphère francophone. Je dois avouer que bien que française, je suis bien plus intégrée dans l’euroblogosphère anglophone où les interactions entre blogs sont choses communes. L’un d’entre nous commence un article, un autre lui répond, puis un autre, etc.

    Il y a quelques jours, Samuel Faure, en réaction à l’arrêt de deux euroblogs emblématiques, a lancé un appel à la création d’un blog collectif européen où différents blogueurs viendraient confronter leurs idées sur l’Europe. Puis Jean-Sébastien Lefebvre, Greg Henning et Michael Malherbe lui ont répondu. À la demande de Samuel, je me lance à mon tour dans l’exercice.

    Je suis tout à fait d’accord avec le fait que la politisation de l’Europe -la confrontation de points de vue et de projets- est ce qui fera progresser l’intérêt pour l’Europe. C’est à mon sens le grand bien que le vif débat sur le traité constitutionnel européen a apporté. Pour la première fois en France, on parlait vraiment d’Europe ! C’est en ce sens que je trouve l’idée de Samuel intéressante.

    Pourtant je ne suis pas sûre que c’est ce qui fera avancer le schmilblick… Parce que les personnes qui participeront à ce blog collectif européen et qui liront son contenu, seront les personnes qui sont déjà intéressées par l’Europe.

    L’un des problèmes majeurs de l’Union européenne est qu’elle intéresse un nombre de gens extrêmement restreint qui se retrouve dans de petites communautés fermées, telle que celle des Euroblogueurs. La communauté de blogueurs du Blogging Portal, dont je fais partie, a été créée pour promouvoir les blogs qui traitent de sujets européens. Le Blogging Portal a été un outil extraordinaire pour mettre en réseau la communauté des Euroblogueurs anglophones. Pourtant, cette communauté du Blogging Portal n’interagit que très peu avec des Euroblogueurs autres qu’anglophones, et d’une manière générale interagit peu avec les blogosphères nationales. Parce que bien sûr, on ne peut pas être partout en même temps.

    Il est bon de mettre en réseau les blogueurs qui parlent d’Europe mais en même temps, il faut éviter la tendance à parler de nous entre nous. J’ai de plus en plus l’impression qu’il vaudrait mieux dans nos blogs ne pas parler uniquement d’Europe. Parler d’Europe oui, mais parler d’autres choses aussi. Si nos blogs ne parlent que d’Europe, c’est simple nous n’attirerons que des gens qui sont déjà intéressés par l’Europe. Si nous voulons intéresser les gens aux questions européennes, ne vaudrait-il pas mieux parler de l’Europe comme un sujet parmi d’autres ? Je m’explique… Si nous parlons des diverses choses de la vie sur nos blogs nous attirons un public plus large. Et si ce public est attiré, c’est parce qu’il aime notre style et notre façon de penser quel que soit le sujet abordé. Donc, si dans ce contexte nous parlons parfois d’Europe, il y a de grandes chances que ça touche plus de monde qu’un blog uniquement concentré sur les questions européennes, non?

    Mise à jour le 19 juillet : Samuel a répondu aux nombreuses réactions qui ont été écrites sur son idée. A lire ici.

    Tags: , ,
  • scissors
    June 6th, 2010EuropasionariaEurope, Girl Power

    A voir les réactions à mon pseudonyme, j’ai réalisé que sa signification n’était pas forcément évidente à part peut-être pour les Espagnols. Alors j’ai pensé que ça méritait une petite explication.

    Tout d’abord, Europasionaria = Euro+Pasionaria et pas Europa+Sionaria. Voilà qui devrait déjà clarifier les choses pour certains.

    Comment l’idée m’est-elle venue? Je voulais un pseudonyme qui commence par Euro et qui reflète ce que je suis. J’y ai beaucoup réfléchi, plusieurs idées me sont venues mais aucune ne semblait me convenir réellement.

    Puis, un vendredi, en plein milieu d’une sombre nuit, c’est arrivé comme une évidence. Je suis une personne passionnée, une idéaliste, une femme forte. Alors le mot « pasionaria » m’est apparu naturellement. Europasionaria était née.

    Ok d’accord mais qu’est-ce que ça veut dire “pasionaria”, vous me direz?

    Passion Flower - CC Nikonsnapper sur Flickr

    Europasionaria: franco-espagnole, passionnée de politique, passionnée d’Europe, fleur de la passion européenne… toutes ces associations d’idées m’ont plu. En plus, j’aime comment ça sonne. Dans tous les cas, les mots remplis de « a » sonnent toujours mieux.

    Tags: , , , ,
  • scissors
    June 6th, 2010EuropasionariaEurope, Girl Power

    Looking at people’s reactions to my pseudonym, I have come to realise that unless you are Spanish or French, there is little chance that you understand what it means. So I thought it deserved an explanation.

    First, Europasionaria = Euro+Pasionaria, and not Europa+Sionaria. That should already make things clearer to some of you.

    How did it come up to my mind? I wanted my pseudonym to start by Euro and to reflect what I am. I had thought of it many times, had several ideas, yet couldn’t find something that felt right.

    Then one dark Friday night, it came to me. I am a passionate person, an idealist, a strong woman… I am also of Spanish origin. So the word “pasionaria” came to my mind. Europasionaria was born.

    Alright… but what does “pasionaria” mean?

    Passion Flower - CC Nikonsnapper on Flickr

    Europasionaria: French and Spanish, passionate about politics, passionate about Europe, flower of the European passion… I liked all of these associations of ideas. Besides, I just liked the sound of it. Words with lots of “A”s in them just sound better.

    Tags: , , , , , ,
  • scissors
    May 9th, 2010EuropasionariaEurope

    I’ve often wondered why it was that I was so irresistibly attracted by Europe.

    I’ve always liked learning languages, English in particular – I never got German. When I was a teenager, I remember that whenever there was a foreigner in a group, I would become the designated interpreter, as most often I was the only one able to speak decent English. I liked it. Then I chose not to study languages as I thought that speaking several languages was just something everybody should be able to do. So I chose to study politics, ironically a topic everyone has an opinion on.

    I remember that as a child I wondered what it meant exactly to be French. Did it mean that other people were not French? How was that even possible? And what would it be like to not be French? Yes I was the kind of kid that always asks “why”. That hasn’t changed.

    My grand-father, the sergeant (third one from the left with the kepi hat)

    I remember my school trip to Germany when I was 16. My great grandfather died in World War I. My Spanish grandfather fought in the Civil War and when in France, joined the Résistance. My French grand-father fought during World War II. My parents remember Nazi soldiers coming to their home. So when I arrived in Berlin at the age of 16, I was still quite full of prejudices against the Germans, maybe even more so than most French people. Then something happened. I spent a week having fun with German kids of my age. And I realised something: we might be of a different nationality and a different culture. We might not speak the same language. But in the end, we were not that different. Actually, we were pretty much the same. That’s one of the first times I felt truly European.

    Then I never got rid of the bug. I knew one day I would live in another European country. Since then I have lived in several European countries. Home, Paris, the French feel familiar, and warm at times, but I feel better abroad. I like to be surprised by cultural difference every day I live. I like to go to a party and be able to speak something other than French. That doesn’t often happen at home.

    Where did that irresistible need for otherness come from? Is it because I am myself of foreign origin? Is it because when I was a child I heard my grandfather and my nanny speak Spanish? Is it because right from the start, I knew I was different?

    Wherever it comes from, one thing is for sure: Europe is my passion.

    Happy Europe Day to you all! Follow the “My Europe” blogging carnival on the Blogging Portal.

    Tags: , , , , , , , ,
  • scissors
    May 9th, 2010EuropasionariaEurope

    Je me suis souvent demandé pourquoi j’étais si irrésistiblement attirée par l’Europe.

    J’ai toujours aimé apprendre des langues étrangères, l’anglais en particulier (avec l’allemand, ça n’a jamais marché). Lorsque j’étais adolescente je me rappelle que dès qu’il y avait un étranger dans un groupe, je devenais l’interprète officielle, la plupart du temps parce que j’étais la seule à avoir un anglais potable. Et j’aimais ça. Par la suite, j’ai choisi de ne pas étudier les langues à l’université parce que je pensais que parler des langues étrangères était quelque chose que tout le monde devrait savoir faire. Alors, ironie du sort peut-être, j’ai étudié la politique, un sujet dont tout le monde peut parler.

    Je me rappelle que lorsque j’étais enfant je me demandais ce que ça voulait dire exactement d’être française. Est-ce que ça voulait dire qu’il y avait des gens qui n’étaient pas français ? Et comment est-ce que c’était possible de ne pas être français ? Oui, j’étais le genre d’enfant qui demande toujours « pourquoi ». D’ailleurs, ça, ça n’a pas changé.

    Mon grand-père, le sergent (troisième en partant de la gauche, avec le képi)

    Je me rappelle de mon séjour linguistique en Allemagne quand j’avais 16 ans. Mon arrière grand-père est mort au front pendant la Première Guerre mondiale. Mon grand-père espagnol a combattu dans la guerre civile, puis plus tard en France, a rejoint la Résistance. Mon grand-père français (en photo ci-contre) a combattu pendant la Deuxième Guerre mondiale. Mes parents se rappellent de soldats nazis venant chez eux. Autant dire que quand je suis arrivée à Berlin à l’âge de 16 ans, j’étais encore pleine de préjugés à l’égard des Allemands, sans doute même plus que la plupart des Français. Puis quelque chose s’est passé. J’ai passé une semaine à m’amuser avec des adolescents allemands de mon âge. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé quelque chose. Nous avions beau avoir des nationalités et des cultures différentes et ne pas parler la même langue, au final, nous n’étions pas si différents que ça. En réalité, nous étions même très semblables. C’est l’une des premières fois que je me suis sentie vraiment européenne.

    Après cela, je n’ai jamais réussi à me débarrasser de ce virus. Je savais qu’un jour j’irai vivre dans un autre pays européen. Depuis, j’ai vécu dans de nombreux pays. Mon pays, Paris, les Français, tout ça c’est familier et agréable mais je me sens mieux à l’étranger. J’aime être surprise par la différence culturelle chaque jour que je vis. J’aime aller à une fête et parler une autre langue que la mienne. Ça, ça n’arrive pas très souvent chez moi à Paris.

    Alors d’où vient cet irrésistible besoin d’étrangeté? Est-ce parce que je suis moi-même d’origine étrangère ? Est-ce parce que lorsque j’étais enfant j’ai entendu mon grand-père et ma nounou parler espagnol ? Est-ce parce que dès le début j’ai compris ce que c’était que d’être différent ?

    Quoi qu’il en soit, une chose est certaine : l’Europe est ma passion.

    Joyeuse fête de l’Europe à tous! Suivez le carnaval des blogs “mon Europe” sur le Blogging Portal.

    Tags: , , , ,